Après BFMTV, François Fillon ne répondra pas non plus au Monde

francois-fillon-au-medef_5852573

Ce mercredi, le directeur de la rédaction du Monde annonce que le quotidien a refusé un entretien avec François Fillon, ce dernier ne souhaitant pas parler des affaires.

François Fillon ne veut plus parler des affaires, quoi qu’il en coûte. Ce mercredi, le directeur de la rédaction du Monde Luc Bronner annonce que le quotidien du soir ne proposera pas à ses lecteurs un entretien de politique générale de François Fillon, à cause des exigences de ce dernier.

« Le Monde a demandé à François Fillon un entretien de politique générale, comme nous l’avons fait pour les principaux candidats à l’élection présidentielle, écrit-il. L’entourage de l’ancien premier ministre a d’abord donné son accord, il y a plusieurs semaines, avant de poser comme condition de ne pas avoir à répondre à des questions portant sur les affaires pour lesquelles il a été mis en examen. »

 « Pas un crime de lèse-journalisme »

La rédaction du Monde dit avoir refusé de se soumettre à ces conditions, quitte à annuler l’entretien. Pour des raisons de fond, tout d’abord: « Nous avons refusé parce qu’il nous semblait indispensable d’interroger François Fillon sur la moralisation de la vie publique, sujet essentiel du débat démocratique en cours », peut-on lire.

Mais aussi sur la forme, Luc Bronner estimant que « les hommes et femmes politiques n’ont pas à décider des questions qui leur sont posées ». Contacté par L’Express, un membre de l’entourage de François Fillon n’a pas vraiment contesté cette version. « Ce que je trouve bizarre c’est qu’un homme politique ne puisse pas dire oui ou non. Ce n’est pas un crime de lèse-journalisme. On en a déjà parlé moult fois des affaires. Je comprends que les journalistes se soient intéressés à ce sujet mais on peut aussi entendre le fait qu’il n’ait pas envie d’en parler.

Des précédents

L’histoire rappelle forcément l’annulation de la participation du candidat LR à son « entretien d’embauche » sur BFMTV, en face de Jean-Jacques Bourdin. Le journaliste affirme que le vainqueur de la primaire a décliné l’invitation parce qu’il refusait, déjà, de parler des affaires en cours, qui l’ont conduit à une mise en examen.

LIRE AUSSI >> A J-2 du premier tour, Fillon refuse de se faire interviewer par Bourdin

Agacé, Jean-Jacques Bourdin avait alors rappelé que lorsqu’il n’était que troisième dans les sondages réalisés dans le cadre de la primaire à droite, François Fillon avait réclamé que l’on parle des affaires concernant Nicolas Sarkozy. « Là, il voulait qu’on parle des affaires! Aujourd’hui, terminé, il n’en veut plus! » Pour sa défense, l’ancien Premier ministre avait lui assuré avoir proposé plusieurs dates à la chaîne d’informations en continu, sans qu’aucun créneau ne soit trouvé.

Avant son meeting à Toulouse, le 13 avril dernier, François Fillon avait accordé un entretien à La Dépêche du Midi. Le candidat n’avait pas souhaité répondre aux questions sur les affaires. Agacé, le quotidien régional avait donc décider de publier dans ses pages les questions restées sans réponse.

By L’EXPRESS

Antoine Mankumbani

Antoine Mankumbani

Rédacteur / Animateur radio

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*