Roland-Garros sans Sharapova: pour les internautes la faute revient à la politique

1031411219

Alors que les fans de tennis attendaient le retour de Maria Sharapova à Roland Garros, les organisateurs du tournoi ont refusé sa participation ayant pris la décision de ne pas lui délivrer de wild card. Pour les internautes, tout cela aurait un lien avec la politique.

Après une suspension de 15 mois pour dopage, Maria Sharapova, célèbre joueuse de tennis russe, s’apprêtait à remonter au sommet du classement mondial, notamment par sa participation à Roland Garros. Ayant obtenu des wild cards pour des compétitions à Stuttgart, Madrid et Rome, elle s’est cependant vue refuser son invitation privilégiée pour la France.

Plutôt attristés et indignés par cette nouvelle, les internautes n’ont pas tardé à commenter cette décision de la Fédération française de tennis.

« Qu’est-ce qui pourrait se passer de pire aujourd’hui pour nous, les fans de Sharapova », a déploré Doris.

Alors que certains font part de leur déception, pour bien d’autres il s’agirait d’une décision politique :

Et enfin, y en a ceux qui renvoient leur soutien à leur joueuse préférée :

« Maria Sharapova reviendra dans une meilleure forme. Disqualifiez-la à vos risques et périls »

Par ailleurs, le Président de la Fédération russe de tennis, Shamil Tarpischev, a fait part de son avis soulignant qu’il trouvait cette décision incorrecte.

« Tout dépend des gens. Dans ce cas-là, c’est la décision de la Fédération [française de tennis, ndlr]. Chacun décide comme il le souhaite. À mon avis, c’est faux. Maria a gagné deux fois [Roland-Garros, ndlr]. De l’autre côté, c’est une personne avec une réputation irréprochable. Beaucoup de gens la prennent comme exemple. Ce qui s’est passé avec elle demande une certaine appréciation. On ne peut pas affirmer si c’était bien du dopage ou autre chose… », a-t-il commenté.

Le soir du 16 mai, le Président de la Fédération française de tennis Bernard Giudicelli a annoncé sa décision de ne pas autoriser Maria Sharapova à participer à Roland-Garros du 28 mai au 11 juin.

« Je ne peux pas la priver des titres obtenus mais aujourd’hui je ne peux pas lui accorder la wild card demandée. Les titres gagnés ici, elle les a conquis dans les règles sans ne rien devoir à personne », a affirmé via Facebook M. Giudicelli en rajoutant que « s’il existait des wild cards pour des retours de blessure, il n’en existait pas pour des retours après une sanction pour dopage ».

« C’est à elle seule de reconquérir ses titres », a-t-il donc martelé.

En 2016, la Fédération internationale de tennis a infligé une suspension de deux ans à Maria Sharapova, contrôlée positive au meldonium. Cette année-là, le groupe de hackers Fancy Bears a infiltré la base de données de l’Agence mondiale antidopage (AMA) et publié des informations sur de nombreux athlètes qui ont utilisé un médicament pour exception thérapeutique. Dans la liste figuraient Venus et Serena Williams, Rafael Nadal, le joueur de basket Milos Teodosic, la gymnaste Simone Biles et bien d’autres encore.

BY SPUTNIK
Antoine Mankumbani

Antoine Mankumbani

Rédacteur / Animateur radio

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*